AJMU Besançon

La médecine d’urgence à Besançon c’est apprendre son futur (et fantastique !) métier, le tout dans la convivialité et la bonne humeur.
Nous sommes des promotions de 8 à 10 internes. Nous nous connaissons donc tous et faisons tout pour passer de bons moments ensemble !!!

Les maquettes sont scrupuleusement respectées. Nous essayons de nous organiser entre nous bien avant les choix définitifs afin que chacun puisse obtenir le stage qu’il souhaite sans gêner la réalisation des maquettes des autres.
Nous ouvrons le plus de postes possibles selon vos envies et selon les besoins de la promotion.
Quasiment tous les services peuvent nous être ouverts (cardiologie, pneumologie, neurologie, gastro-entérologie, maladies infectieuses, anesthésie, néphrologie, réanimation médicale, réanimation chirurgicale, SAU au CHU et en périphérie, urgences pédiatriques, réanimation infantile, hors filière chez le médecin généraliste etc….).

TOUT EST QUASIMENT POSSIBLE à condition de s’y prendre à l’avance.

Notre formation universitaire est extrêmement importante et encadrée.
Des cours plutôt théoriques en première année puis des cours beaucoup plus pratiques avec ateliers pratiques (IOT difficile, KT intra-osseux, VNI, drain thoracique, conditionnement de polytraumatisé) et un maximum de simulation sur mannequin high tech qui ont lieu 4 fois par an par promotion (adulte, pédiatrique et gynécologique).

En plus de tout cela, les CH périphériques sont très largement accessibles :
– Vesoul, 45 min de route de Besançon mais pas d’internat. Plateau technique important.
– Hôpital Nord Franche-Comté, 55 minutes de route (autoroute) et un énorme internat ultra-moderne avec SDB et WC privé ET LIT DOUBLE!!!! Toutes les spécialités y sont représentées sauf la chirurgie thoracique, neurochirurgie et radiologie interventionnelle.
– Lons-le-Saunier à 1h15 de route et un internat avec des appartements en guise de chambre !
– Pontarlier, 1h de route et un internat divisé en 2 petites maisons très conviviales (et les pistes de ski à 10 min, du parapente ascensionnel, de l’escalade etc…)
– Dole, 45 minutes de route et un internat.

Et bien sûr, la région et la ville sont absolument magnifiques avec de nombreuses activités et une situation géographique avantageuse (grandes villes, aéroports, gares…)
Entre grandes villes (Genève, Strasbourg, Lyon), montagnes et campagnes, il n’y a pas de plus bel endroit pour vivre 😉

DES MEDECINE D’URGENCE FRANCHE-COMTE

Stages hospitaliers

(avec agrément pour la MU, le nombre de postes pouvant être modifié d’un semestre à l’autre selon nos envies)

Structure des urgences

Stage obligatoirement réalisé lors du premier ou deuxième semestre au CHU (phase socle) !!!!!

Le Service d’Accueil des Urgences de Besançon c’est :
– Une salle d’attente des patients non vus.
– 8 box de circuit long : pour 3 internes le matin, 4 l’après-midi et 3 pendant les gardes. Un sénior le matin, 2 l’après-midi, 2 en début de garde jusqu’à 1h30 puis un seul jusqu’à la fin de la garde.
– 4 box de circuit court : il n’y a pas de médecin ou interne dédié au circuit court. Chacun s’arrange en fonction du flux de patient, de sa disponibilité et de sa façon de travailler.
– 1 box d’urologie, en général géré par l’interne d’urologie que l’IAO ou le médecin a appelé à l’arrivée des patients concernés.
– 1 SAUV avec possibilité d’accueil de 5 patients. Chaque jour, un interne est présent à la SAUV. Nous tournons un jour sur 2 avec les internes de réanimation médicale. Il n’y a pas d’interne de garde de nuit à la SAUV.
– Une salle d’attente des patients vus avec un interne dédié jusqu’à 13h30 pour poursuivre la prise en charge puis gérer l’orientation des patients arrivés en fin de garde.
– 3 lits d’UHCD et 4 lits d’USRCM. Un sénior et un interne y sont présents de 8h30 à 18h30. La nuit, c’est le sénior de garde du SAU qui s’occupe des patients de l’UHCD et celui de la SAUV qui s’occupe de l’USCRM.

L’encadrement dans le service :
Les médecins séniors sont omniprésents quel que soit le poste auquel l’interne est affecté. Quel que soit l’heure du jour ou de la nuit, il sera toujours présent et enclin à répondre à la moindre question.
Cela n’empêche cependant pas d’avoir une très grande autonomie lors de la prise en charge des patients. Bien sûr, chaque médecin travaille à sa façon mais globalement l’interne voit le patient, en réfère au sénior présent, discute puis prescrit les examens complémentaires nécessaires, les traitements à mettre en place et demande les avis spécialisés si besoin.

Les horaires :
– Dans les box en semaine : 3 internes arrivent à 8h30 et terminent à 18h30. 1 interne arrive à 12h et termine à 20h.
– Dans les box le samedi matin : 2 internes sont nécessaires de 8h30 à 12h30.
– A l’UHCD : Du lundi au dimanche, toujours 8h30-18H30.
– A la SAUV : Idem qu’à l’UHCD. En revanche, les internes du SAU assurent seulement un week-end sur 2.
– Aux attentes vues : 8h30 à 13h30, parfois plus parfois moins, tout dépendra du nombre de patients à prendre en charge à votre arrivée et de la complexité de leur pathologie. Mais aussi……. du nombre de place en hospitalisation disponible !!!!!

Globalement, le nombre d’internes étant largement suffisant, il est possible d’avoir toutes les vacances souhaitées, les jours de lissage et de ne pas travailler 24h. Bien évidemment, certaines périodes de l’année sont plus difficiles que d’autre (Noël, Nouvel an et les grandes vacances) mais avec un peu d’organisation et de cohésion tout le monde s’en sort toujours gagnant !!!!

Les gardes :
– Du lundi au vendredi : la garde débute à 18h30 et se termine à 8h30.
– Le samedi : la garde commence à 12h30 et termine aussi à 8h30.
– Le dimanche et les jours fériés : Il y a 2 roulements d’internes de garde. Un qui fait 8h30-18h30 et l’autre qui fait 18h30 à 8h30.

La règle d’or est de ne jamais faire 24h de box !!!!!!

Il y a 3 lignes de garde :
– La première assurée par les internes en stage au SAU
– La deuxième assurée en partie par les internes en stage au SAU, l’autre partie étant assurée par les internes d’autres services qui n’ont pas d’astreinte de week-end. (en cours de remaniement)
– La troisième par les internes des autres services du CHU mais qui ont aussi des astreintes de week-end à faire dans leur service.

Évidemment, les internes du SAU font plus de garde que les autres. En général, on s’en sort avec une vingtaine de garde sur le semestre, soit pas plus de 3-4 par mois.

Les staffs et présentations :

Tous les mardis matin, un staff avec présentation des patients présents actuellement au SAU est organisé puis suivi d’une ou deux présentations sur divers sujets par des jeunes sénior.

Tous les jeudis matin, des symposiums sont présentés par les internes du service en visioconférence avec les autres CH de la région. Les internes des autres hôpitaux présentent aussi.

Des articles scientifiques y sont également présentés afin de ne rien louper des nouvelles actualités concernant notre spécialité.

En conclusion, un stage dans lequel on voit nettement notre progression entre le début et la fin, où l’on ne s’ennuie jamais, où les horaires sont respectés, où le nombre de garde reste raisonnable et où l’ambiance est géniale !!!!!

Service d’aval des urgences

Idem que pour le passage au SAU. Ce stage est forcément réalisé durant la phase socle. En revanche, il peut aussi être fait dans les centre hospitaliers périphériques.

Au CHU, les services ayant déjà été ouverts sont :
–  La médecine interne qui est couplée au service de médecine polyvalente (2 stages en 1 assurés !!!!!).
– La gériatrie (dont les soins continus)

A Vesoul, seule la médecine interne a l’agrément. Cependant, le service est divisé en 4.
Une partie plutôt centrée sur l’endocrinologie, une sur la rhumatologie, une sur l’hématologie et enfin, bien sûr, une sur la médecine interne.
Cette répartition rend ce service extrêmement complet puisqu’il est possible de passer partout durant le semestre.

A l’Hôpital Nord Franche-Comté (Trévenans), la néphrologie ainsi que le Post Urgences Médicales (PUM) sont ouverts.

Nous n’avons encore pas eu l’occasion de nous rendre dans les autres périphériques en phase socle (Lons-Le-Saunier, Dole, Pontarlier ou Gray). Cependant, les mêmes services peuvent être ouverts en fonction des demandes des internes et de la présence bien sûr d’un service de post accueil des urgences.

Dans tous les cas, les gardes sont faites aux urgences du centre dont vous dépendez.

Urgences pédiatriques

Ce stage est à réaliser à partir de la deuxième année d’internat, soit la phase d’approfondissement, à n’importe quel moment de celle-ci !

Il ne peut être réalisé qu’au CHU ou à l’Hôpital Nord Franche-Comté car ce sont les seuls hôpitaux de la région qui assurent l’accueil des urgences pédiatriques de manière distincte des urgences adultes.

Au CHU, ce terrain de stage donne la possibilité de faire une partie aux urgences pédiatriques et l’autre en réanimation infantile en fonction du nombre de poste occupé par les internes de pédiatries (mais globalement il ne devrait pas y avoir de problème).

Les urgences pédiatriques, c’est 3 box de médecine et 3 box de chirurgie, 1 de consultation rapide et 4 lits d’UHCD. Les urgences sont scindées en « Urgences médicales » et « Urgences chirurgicales ». Pour notre part, nous ne voyons normalement que les urgences du côté médical. Cependant, rien ne nous empêche, si le flux le permet, d’aller jeter un coup d’œil avec l’interne de chirurgie pour apprendre à mettre à un plâtre à un enfant ou les différents types de prise en charge orthopédique pédiatrique !
Comme aux urgences adultes, il y a toujours un sénior présent et les horaires sont similaires.

La réanimation infantile, c’est 18 lits pour 4 à 5 internes et 2 séniors en général. Du prématuré à 24 SA à l’adolescent de 16 ans voire plus ! Une activité extrêmement variée et intéressante pour un futur urgentiste.

Tous les gestes techniques peuvent être réalisés, après un petit temps d’adaptation bien sûr !

Les gardes sont réalisables aux urgences pédiatriques ou en réanimation. En fonction de ce que vous préférez il y aura toujours quelqu’un avec qui échanger.

A l’HNFC, nous passons dans tous les services de pédiatrie (urgences, service, néonatalogie, hôpital de jour et consultations). L’activité y est donc plus complète mais aussi plus intense et plus diverses concernant les urgences.
Effectivement, le bassin de population n’étant pas le même qu’au CHU, le flux aux urgences pédiatriques est plus important et plus varié.
Par expérience, les plus grosses urgences pédiatriques reçues en réa au CHU venait de l’HNFC 😉 !!!! Le seul bémol est donc qu’il n’y a pas de réanimation infantile, mais le reste compense largement.
Les urgences pédiatriques à proprement parler c’est 4 box, une salle de « petit » dechoc et 4 lits d’UHCD.

Les gardes se font aux urgences pédia. Les horaires sont les mêmes qu’au CHU.

Service SAMU/SMUR

Ce stage est forcément fait au CHU car il s’agit du seul et unique centre de régulation de la région (ancienne Franche-Comté).

Ce stage est divisé en plusieurs activités :
– Le SMUR : nous avons l’occasion de partir sur toutes les interventions terrestres. Initialement, nous assistons le médecin puis rapidement nous pouvons être en première ligne, monter à l’avant du véhicule, prendre les décisions et passer le bilan en régulation. (Toujours après concertation avec le médecin sénior de l’équipe).
Au retour d’intervention, nous aidons à refaire les sacs et faisons un debriefing avec toute l’équipe.
– La régulation, nous sommes toujours en doublage. Les premiers temps, il s’agit d’écouter la régulation par le médecin sénior, de comprendre comment fonctionne la régulation, le logiciel et de commencer à cerner la géographie de la région pour ceux qui ne sont pas d’ici.

Très vite, il est possible de répondre aux appels (le sénior étant toujours à côté et écoutant l’appel en parallèle) et peu à peu de prendre les décisions d’envoi de moyens. Le but au terme du semestre étant de savoir gérer seul l’organisation de la régulation, l’appel, le logiciel et la décision à prendre.

La journée est partagée, chacun faisant une demie journée de régulation et de SMUR en s’échangeant les postes.
En plus de cette partie, il est parfois possible d’aller dépanner à la SAUV ou aux urgences traumato.
Les gardes se font dans les box du SAU sur le même principe que le stage au SAU de première année.
L’accès aux interventions héliportées sera possible dès la réception du nouvel hélicoptère (courant 2021)

Service de médecine intensive-réanimation/réanimation polyvalente/réanimation chirurgicale

De nombreux services et centre hospitaliers nous accueillent pour ce stage.

Au CHU, nous pouvons aller en réanimation chirurgicale ou en réanimation médicale. Les gardes sont donc assurées dans le service de réanimation auquel vous êtes affilié.

Un service de réanimation polyvalente d’une quarantaine de lits est ouvert à l’Hôpital Nord Franche-Comté avec possibilité d’ECMO.  Les gardes se font également en réanimation.

Il est aussi possible de faire un stage en réanimation polyvalente au CH de Vesoul aussi. Cependant, il n’y a pas de ligne de garde d’interne dans le service de réa. Les gardes sont donc faites au circuit court des urgences.

Depuis peu, nous avons ouvert la réanimation du CH de Lons-le-Saunier.
L’organisation est encore à définir précisément du fait de la récente ouverture pour notre maquette. La ligne de garde dépendra du nombre d’interne et des possibilités du service.

Cela fait donc un total de 5 terrains de stage possible à chaque semestre. Il n’y a donc aucun problème pour réaliser ce stage (obligatoire dans notre maquette) mais aussi de l’obtenir en stage libre si vous le désirez.

Représentant AJMU : Sophie May (desmu.besancon@gmail.com)

Coordonnateur DESMU : Pr Thibaut Desmettre (tdesmettre@chu-besancon.fr)

Association locale d’internes : AICB (http://www.internat-besancon.com)

Capture d’écran 2021-09-05 à 13.28.47
Capture d’écran 2021-09-05 à 13.28.59
Capture d’écran 2021-09-05 à 13.29.05
Capture d’écran 2021-09-05 à 13.29.14